Que faire si je trouve un animal sauvage?

hérissonoiseauécureuil

 

 

Commencer par analyser la situation et se poser quelques question. Semble-t-il blessé? Jeune? Abandonné?

NE LE MANIPULEZ PAS SANS REFLECHIR !

Contactez l’ONCFS, office nationale de la chasse et de la faune sauvage ou une association spécifique à l’animal que vous avez trouvé.

La détention et le transport des animaux sauvages, qu’ils soient chassables ou protégés, vivants ou morts, sont interdits sans autorisation préfectorale. Vous n’avez donc pas le droit de recueillir cet animal, même pour le soigner !

Cependant, une tolérance permet aux particuliers qui secourent un animal blessé de le transporter dans les meilleurs délais vers un centre de sauvegarde de la faune sauvage.

En cas de manipulation porter des gants épais !

Ces établissements, soumis à autorisations administratives du préfet, sont seuls habilités à héberger, soigner et entretenir les animaux sauvages en vue de leur réinsertion dans le milieu naturel.

  • S’il s’agit d’un jeune qui semble abandonné mais en bonne santé et propre, il est recommandé de le laisser sur place, la mère peut s’être seulement absentée ou partie chercher de la nourriture. Ainsi, les jeunes faons ou lièvres attendent, tapis dans les broussailles, le retour de leur mère. 

  • Si l’animal est blessé, très affaibli, ou si vous avez un doute, il convient de contacter immédiatement le centre de sauvegarde le plus proche (www.secours-faunesauvage.euou hegalaldia.org qui recense les centres de sauvegarde par département). Ces spécialistes vous conseilleront sur la nécessité de le recueillir, sur les précautions à prendre pour le manipuler en sécurité, pour vous et pour lui, sur la manière de le contenir, de le transporter et, éventuellement, sur les premiers soins à prodiguer. Ne donnez jamais à boire ou à manger à un animal sauvage blessé sans consigne précise.

Si toute fois vous juger utile d’agir immédiatement selon les conditions, placez l’animal dans une boite style boite à chaussure, faire quelques entailles au cutter pour aérer, donner de l’eau sucrée ou de l’eau avec miel et placez une bouillote enveloppée dans un linge dans la boite et ensuite contacter des spécialistes. Dans le cas d’un animal choqué (percuté par une voiture, ou qui s’est cogné dans une baie vitrée il est souvent recommandé d’attendre les consignes du centre de soin pour donner à boire). Pour un juvénile, ne rien donner sans consigne d’un soigneur. Surtout ne donner rien à manger et manipuler avec précautions et protections.

  • Chez beaucoup d’espèces d’oiseaux, les oisillons quittent le nid avant de savoir véritablement voler. Les parents continuent de les nourrir pendant cette période d’apprentissage. Un oisillon qui n’est ni blessé ni gravement affaibli ne doit pas être recueilli mais laissé sur place ou, si nécessaire, placé hors de danger (chat, route…) sur une branche à proximité. Les parents reviendront quand vous vous serez éloignés.

A noter qu’un oisillon touché par une personne ne risque pas d’être abandonné par ses parents. En revanche, un risque, modéré cependant, existe pour un jeune mammifère ; il s’agit donc de mesurer convenablement la nécessité ou non de le manipuler.

  • Si vous avez affaire à une chauve-souris, encore une fois contactez d’abord des spécialistes, AMIKIRO pour la bretagne par exemple. Les chauves-souris sont très fragiles. 

Si l’animal est sur le sol, c’est probablement que quelque chose ne va pas. Il se peut que la chauve-souris soit blessée mais il est également possible qu’elle ait été dérangée et soit encore endormie, ce qui ne nécessite pas forcément un déplacement vers un centre de soin, le spécialiste vous guidera à distance, selon l’espèce et la situation. Ne jamais manipuler une chauve-souris sans l’accord d’un spécialiste.

Si le pelage est long et fourni c’est certainement un adulte, si le poil est ras ou absent c’est un jeune. Si c’est un jeune il est possible qu’il soit simplement tombé, regardé autour de vous pour repérer sa colonie, il s’agit généralement de combles dans les bâtiments, recherchez la présence de petites crottes pour trouver le trou d’envol et le remettre parmi les siens encore une fois avec des gants EPAIS. Si vous ne savez pas où se trouve la colonie, le spécialiste vous informera du centre de soins le plus proche.

Si l’on vous demande de transporter la chauve-souris MUNISSEZ VOUS DE GANTS EPAIS. Placez l’animal dans une boite fermée avec un tissu à l’intérieur, inutile de faire des trous, la chauve-souris pourrait facilement en sortir. Placez un peu d’eau dans un petit bouchon et apporter le au spécialiste.

Annuaire du réseau d’aide chauves-souris sur le site : http://www.museum-bourges.net rubrique : une question ? un problème ? 

  • En fonction des cas de nombreuses asso peuvent être contactée : 30 millions d’ami, fondation Nicolas hulot, ASPAS : association pour la protection d’animaux sauvages, LPO : Ligue de protection des oiseaux